2 résultats affichés

Romarin

Origine et histoire du romarin

Le nom romarin serait issu du latin « ros marinus » ou « rhus marinus », qui signifie respectivement rosée de mer ou sumac de mer. Ou alors il proviendrait du grec « rhops myrinos » ce qui signifie buisson aromatique. Le romarin originaire du bassin méditerranéen porte également le nom de « herbe-aux-couronnes » et « encensier ».

En Egypte antique, les habitants avaient pour habitude de déposer des brins de romarins sur les cercueils ou les pierres tombales. Cela reste une pratique constante et inchangée pour certains pays.

Le romarin symbolise l’amour et la fidélité depuis longtemps, c’est pourquoi les mariés veillent à s’orner de magnifiques couronnes de romarin. Les étudiants grecs, portaient des couronnes de romarin pour un but tout à fait différent, celui de stimuler de la mémoire pendant les examens.

Le romarin était également utilisé durant les épidémies de peste pour purifier l’air, et on l’inhalait lorsque l’on franchissait des endroits atteints par cette maladie.

Le romarin faisait partie des composants de l’eau de Hongrie, qui fut le premier parfum alcoolisé au XIVe siècle. Cet alcoolat provenait de la reine de Hongrie, Elisabeth de Pologne, laquelle s’en servait à l’âge de 72 ans pour soigner ses problèmes de rhumatismes chroniques.

Le romarin est largement cultivé en Espagne, en Tunisie, au Maroc, en Italie, en France, en Algérie et au Portugal en raison de son huile essentielle, aux vertus remarquables.

Description du romarin

Le romarin est un arbrisseau de la famille des lamiacées au nom scientifique de Rosmarinus officinalis. On dénombre plus de 150 variétés de romarin disséminées dans le monde entier .Cette plante, qui se développe toute l’année, est particulièrement adaptée aux sols légèrement arides, rocailleux, ensoleillés et calcaires.

Le romarin peut atteindre 2 m de haut, et se caractérise par ses longues feuilles vert foncé résistantes, et  persistantes, brillantes sur la face supérieure, et blanchâtres sur la face inférieure. Son doux parfum camphré évoque l’encens.

Les fleurs du romarin réunies en épi ont des couleurs variées, allant du bleu pâle au violet en passant par le blanc ou le rose, et portent des fruits bruns.

Romarin plante

Composition et valeur nutritionnelle du romarin

Le romarin frais est composé de :

  • Minéraux et oligo-éléments : potassium, calcium, magnésium, phosphore, sodium, fer, zinc, cuivre, manganèse ;
  • Huile essentielle: 1,8 cinéole, alpha-pinène, camphre de romarin, Bornéo, camphène ;
  • Glucides (amidon, sucres), protéines, lipides (saturés),  eau ;
  • Rosmaricine, acide rosmarinique, acide carnosique ;
  • Diterpènes, triterpènes, stéroïdes et tannins ;
  • Vitamines A, B1, B2, B3, B4, B6, B8, C, D ;
  • Fibres alimentaires ;
  • Acides aminés ;
  • Flavonoïdes ;
  • Acides gras.

Romarin fleurs

Propriétés du romarin

Les huiles essentielles de romarin, en usage interne ou externe ont les propriétés suivantes :

  • Cholérétique et hépatoprotecteur : le romarin stimule les fonctions biliaires et digestives.
  • Antimycosique et antibactérien : les composants du romarin freinent le développement de certains champignons et bactéries. L’huile essentielle de romarin à cinéole combat efficacement les différents maux d’hiver.
  • Améliore la circulation sanguine : utiliser de l’huile de romarin sur le corps diminue les risques d’obstruction artérielle et favorise la circulation dermique.
  • Antispasmodique : les substances du romarin permettent d’inhiber les contractions des muscles lisses.
  • Antitumorigénique et anticancéreux :plusieurs études montrent que le romarin pourrait prévenir voir limiter le développement de certains cancers. L’acide carnosique que contient le romarin a été au centre de plusieurs études montrant son puissant effet anticancéreux.
  • Antioxydant : le romarin lutte de façon intéressante contre les radicaux libres.
  • Immunostimulant : introduire du romarin dans l’alimentation revient à renforcer efficacement notre système immunitaire, en raison de ses divers composants.
  • Analgésique : le romarin est connu depuis l’antiquité pour son effet apaisant sur les douleurs musculaires.
  • Anti-inflammatoire : l’acide rosmarinique réduit la production des molécules responsables de l’inflammation.
  • Antiseptique léger : le romarin est particulièrement efficace pour soigner les blessures.
  • Assure le maintien de la vision, garde les muqueuses et la peau en bonne santé
  • Astringent, antiulcéreux, antimicrobien
  • Améliore la mémoire, anxiolytique, revitalisant
  • Renforce l’activité du système nerveux central
  • Favorise la croissance des cheveux
  • Facilite la digestion

Romarin tiges

Bienfaits et vertus du romarin

Les romarins sont connus depuis des siècles pour ses vertus, ils sont utiles en cas de :

  • Problèmes de digestion, flatulences, brûlures d’estomac, troubles hépatiques et gastro-intestinaux ;
  • Certains cancers : sein, prostate, côlon, leucémie, et cancer de la peau ;
  • Asthénie, stress, anxiété, céphalées ou migraines, convalescence ;
  • Rhume, bronchite, sinusite, toux, coqueluche, asthme, catarrhe ;
  • Troubles de la mémoire, manque de concentration ;
  • Goutte, arthrite, entorses, sciatalgie, névralgies ;
  • Règles douloureuses, douleurs abdominales ;
  • Eczéma, ecchymoses, plaies, alopécie ;
  • Hypertension artérielle ;
  • Manque d’appétit.

NB : aucune étude ne permet de dire que le romarin a des effets positifs sur le COVID-19 qui est le virus responsable de la pandémie actuelle.

Sélection des meilleurs produits Romarin

Modalités d’utilisation et posologie du romarin

  • Le romarin est une herbe aux multiples facettes, très souvent utilisée comme condiment dans la cuisine méditerranéenne. Remarquablement, il produit du nectar et du pollen, si bien que la saveur de son miel est très plaisante ! Ainsi, le miel de romarin également appelé « miel de Narbonne» est très apprécié.
  • Le romarin n’a pas fini de nous surprendre, car il occupe également une place prépondérante dans l’industrie cosmétique (crèmes, parfums, savon, etc.), l’industrie alimentaire (desserts, friandises, boissons alcoolisées, etc.), en médecine et en phytothérapie.
  • En gastronomie, les branches feuillues de romarin sont utilisées de préférence fraiches, mais peuvent aussi être utilisées sèches. Elles servent de pinceau lors des rencontres au barbecue aromatiques en infusion. De plus, ils permettent à la fois le fumage des aliments et le brochage des légumes. En général, les fleurs sont consommées crues en petite quantité en plats ou en desserts.
  • Ces différentes utilisations nous permettent de profiter au maximum des senteurs plaisantes offertes par cette herbe.
  • Bien qu’il soit recommandé de consommer environ 6 g de romarin (en poudre) par jour, certaines personnes peuvent largement dépasser cette dose sans rencontrer le moindre problème de santé.
  • En parfumerie, l’usage du romarin remonte à plusieurs siècles et est inclus actuellement dans de nombreux parfums pour hommes.
  • En phytothérapie et en médecine, on fera plus appel à l’huile essentielle de romarin (en cas d’usage externe), à utiliser avec grand soin; mais également le romarin séché. Quelques exemples d’utilisation :
  • En cas d’infections de la sphère ORL, de convalescence, de troubles digestifs, de migraines : laisser infuser pendant environ 10 minutes 2 g de romarin séché dans 200 ml d’eau bouillante. Boire le mélange 3 fois par jour jusqu’à la guérison.
  • Pour stimuler le foie: pendant 3 semaines prendre quotidiennement le matin, un morceau du sucre ou une cuillère à soupe de miel auquel on ajoute 2 gouttes d’huile essentielle de romarin à verbénone.
  • Rhumatismes et troubles de la circulation sanguine périphérique: mélanger 2 gouttes d’huile essentielle avec de l’huile végétale et appliquer sur les zones atteintes.
  • Blessures: tremper les compresses dans un mélange d’huile essentielle de romarin diluée à 10 % avec de l’huile végétale et appliquer sur la plaie.

Associations du romarin

Qu’il soit en huile essentielle, en poudre ou alors à l’état brut, le romarin se marie parfaitement avec : le curcuma longa, l’harpagophytum biologique, les feuilles d’ortie,  lethym, la lavande, le cèdre, la menthe poivrée, le géranium, la citronnelle, le fenouil, l’argile verte, l’angélique, l’artichaut, le radis noir, le chardon marie, la propolis, le cumin, le laurier, le psyllium, les graines de lin, le gingembre, l’huile de jojoba, l’huile de ricin, etc.

Précautions d’emploi du romarin

Contre-indications du romarin

Les jeunes enfants, les femmes enceintes et allaitantes doivent éviter une consommation excessive de romarin. Sans oublier, les personnes souffrant d’une hypersensibilité ou d’une allergie à cette plante.

Pour ce qui est de l’huile essentielle de romarin, il faut impérativement la diluer avant toute utilisation. Dans le cas contraire, cela risque de présenter une menace grave pour la santé.

Effets secondaires du romarin

Le romarin ne présente aucun inconvénient s’il est consommé de manière raisonnable. Néanmoins, une consommation abusive de romarin pourrait provoquer des malaises, des vomissements voire des maux de tête.

Quant à la consommation exagérée d’huile essentielle de romarin peut provoquer des irritations de la peau et du tube digestif, ainsi que des lésions rénales.

Toxicité du romarin

L’huile essentielle de romarin peut chez certaines personnes avoir des effets neurotoxiques à type de crises convulsives et d’épilepsie.

Interactions du romarin

Le romarin diminue légèrement l’absorption du fer non héminique (source végétale). Il accroit le risque d’ecchymoses et d’hémorragies chez les personnes qui consomment des plantes aux effets anticoagulants.

Le romarin pourrait interagir avec l’aspirine, les médicaments anticoagulants et ceux au lithium. Aussi il peut freiner l’élimination de certains médicaments de l’organisme.

Conservation du romarin

Le romarin frais peut se conserver au réfrigérateur dans un sac à plastique hermétique pendant 2 semaines et au congélateur pendant un an.

Le romarin peut également être conservé sec dans un récipient hermétique, à l’abri de la lumière.

 

Sources

  1. Al-Sereitia M R et al. Parmacology of rosemary (Rosmarinus officinalis Linn.) and its therapeutic potentials. Indian Journal of Experimental Biology. 1999; 37: 124 – 31.
  2. SouâdAkroum. Etude des proprieties biochimiques des polyphénols et tannins issus de Rosmarinusofficinalis et Vicia fabaL. 2006.
  3. Mangena T, Muyima NY. Comparative evaluation of the antimicrobial activities of essentials oils of Artemesiaafra, Pteroniaincana and Rosmarinus officinalis on selected bacteria and yeast strains. Lett Appl Microbiol. 1999; 28(4): 291 – 6.
  4. Mc Caffrey R, Thomas DJ, Kinzelman AO. The effects of lavender and rosemary essential oils on test-taking anxiety among graduate nursing students. Holist NursPract. 2009; 23(2): 88 – 93.
  5. Fahim FA, Esmat AY, et al. Allied studies on the effect of rosmarinus officinalis L. on experimental hepatotoxicity and mutagenesis. Int J Food Sci Nutr. 1999; 50(6): 413 – 27.
  6. Dias PC, Foglio MA et al. Antiulcerogenic activity of crude hydroalcoholic extracts of Rosmarinus officinalis L. J Ethnopharmacol. 2000; 69(1): 57 – 62.

https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=romarin-ps

    Cart