Huile essentielle de Myrrhe

2 résultats affichés

La myrrhe : De quoi s’agit-il ?

 Définition, étymologie et origine

L’arbre à myrrhe ou balsamier est un arbre originaire de l’Afrique de l’Est et de la péninsule Arabique. Tout comme l’encens, la myrrhe fut offerte comme cadeau par les rois mages dans La Bible.

La myrrhe est utilisée depuis l’Antiquité pour ses vertus anti-infectieuses sur les plaies ou les gangrènes. Dans l’Est de l’Afrique et en Inde, elle servait à apaiser les douleurs rhumatismales et à traiter certaines affections de la sphère ORL.

De nos jours, la myrrhe (encore appelé myrrhe amère ou myrrhe heerabol) entre dans la composition des dentifrices naturels et de plusieurs préparations médicinales qui aident à traiter les inflammations des muqueuses de la bouche et de la gorge.

L’arbre à myrrhe est un arbuste pouvant atteindre 3 mètres de haut. Elle possède plusieurs branches noueuses et écailleuses, tapissées d’épines. Ses feuilles ovales sont petites et ses fleurs qui se montrent en été sont rouge-orangé. Des incisions réalisées dans le tronc de l’arbre produisent de la sève, on dit couramment que l’arbre pleure. Cette sève prend une couleur brun-orangé quand elle entre en contact avec l’air.

L’huile essentielle de Myrrhe est très utilisée en parfumerie en raison de son odeur agréable. Elle est également réputée pour ses vertus thérapeutiques.

Composition de l’huile essentielle de Myrrhe

L’huile essentielle de Myrrhe dont la couleur est jaune ambré (voire jaune brune) est obtenue par distillation de la gomme oléorésineuse séchée (larmes). La myrrhe porte le nom scientifique de Commiphora myrrha (Nees) Engl., et fait partie de la famille des burséracées.

Le rendement est de 1,5 à 1,8 %.

L’huile essentielle de Myrrhe est principalement composée de :

  • Sesquiterpènes : 70 à 90 %
  • Cétones : 5 à 7 %
  • Aldéhydes : 0 à 2 %

Pourquoi utiliser l’huile essentielle de Myrrhe ?

Propriétés de l’huile essentielle de Myrrhe

L’huile essentielle de Myrrhe possède les propriétés suivantes :

  • Anti-inflammatoire : l’huile essentielle de Myrrhe contient des sesquiterpènes qui apaisent les pathologies inflammatoires. Elle réduit ainsi les symptômes tels que les rougeurs,                              les douleurs inflammatoires et les sensations de chaleur.
  • Antalgique : l’huile essentielle de Myrrhe est composée de molécules qui ont une action anesthésiante locale. Ces molécules agissent sur les récepteurs des neurotransmetteurs en intervenant sur la douleur.
  • Cicatrisante : l’huile essentielle de Myrrhe favorise le processus de cicatrisation, tout en luttant contre l’infection des plaies.
  • Anti-infectieuse : l’huile essentielle de Myrrhe agit efficacement sur les microbes. Elle lutte contre les parasites, mais possède également une action virucide et bactéricide à large spectre.
  • Modulatrice nerveuse : l’huile essentielle de Myrrhe agit sur le système nerveux central et régule ses réactions.
  • Thyréo-modulatrice : l’huile essentielle de Myrrhe agit au niveau de la thyroïde, elle est de ce fait efficace en cas d’hyperthyroïdie.
  • Anaphrodisiaque : l’huile essentielle de Myrrhe possède une activité calmante, ce qui lui permet d’inhiber les désirs sexuels.
  • Immunomodulatrice : l’huile essentielle de Myrrhe régule la réponse immunitaire face à l’agression de l’organisme par un corps étranger.
  • Autres propriétés : régulatrice endocrinienne, restructurante intérieure, antioxydante.

Bienfaits et vertus de l’huile essentielle de Myrrhe

L’huile essentielle de Myrrhe présente de nombreux bienfaits. Outre son parfum boisé, âcre, épicé et chaud qui évoque celui de l’encens, elle est indiquée dans les cas suivants :

  • Ulcère cutané, escarre, abcès,  coup de soleil, dermatite inflammatoire, eczéma, furoncles, gerçures, herpès buccal, psoriasis, vergetures ;
  • Hyperthyroïdie, système immunitaire affaibli, mauvaise cicatrisation ;
  • Bronchite, mal de gorge, rhinopharyngite, mal de gorge, toux grasse ;
  • Plaie, arthrite, arthrose, rhumatismes ;
  • Obsession sexuelle, libido explosive ;
  • Aphte, gingivite, stomatite ;
  • Dysenterie, diarrhée, turista, vers intestinaux, colite, diarrhée ;
  • Surmenage, anxiété, angoisse, énurésie, nervosité, tristesse, déprime latente, stress, tensions nerveuses, phobies, hyperactivité.

Remarque : Bien que l’huile essentielle de Myrrhe comprenne plusieurs propriétés, il n’a pas encore été prouvé qu’elle permette de traiter le coronavirus (COVID-19).

Sélections des meilleures huiles essentielles de Myrrhe

Comment utiliser l’huile essentielle de Myrrhe ?

L’huile essentielle de Myrrhe est à manier avec prudence. Elle peut être utilisée par voie cutanée, par voie orale, en inhalation et en diffusion. La voie cutanée reste celle à privilégier.

L’ingestion d’huile essentielle de Myrrhe est autorisée seulement sur prescription médicale.

Fatigue

Masser la colonne vertébrale avec une goutte d’huile essentielle de Myrrhe mélangée avec 4 gouttes d’huile végétale.

Mauvaise cicatrisation

Mélanger une goutte d’huile essentielle de Myrrhe avec 4 gouttes d’huile végétale et appliquer                        la synergie sur la partie concernée.

Herpès buccal

Appliquer une goutte d’huile essentielle de Myrrhe pure sur la zone atteinte à l’aide d’un coton-tige.

Ulcère cutané, escarre

Mélanger 2 gouttes d’huile essentielle de Myrrhe avec 8 gouttes d’huile végétale et masser les zones concernées, 2 fois par jour pendant une semaine.

En synergie : appliquer la synergie lors de chaque changement de pansement.

  • 27 gouttes d’huile essentielle de Camomille matricaire
  • 27 gouttes d’huile essentielle de Myrrhe
  • 27 gouttes d’huile essentielle de Lavande de Tasmanie
  • 27 gouttes d’huile essentielle de Tea Tree
  • 30 ml de gel d’Aloe Vera

Hyperthyroïdie

Sur avis médical : Masser la base du cou avec 2 gouttes d’huile essentielle de Myrrhe mélangées à 8 gouttes d’huile végétale, 2 fois par jour pendant une semaine.

En synergie : par voie orale et sur avis médical uniquement, ingérer 2 gouttes de la synergie 3 fois par jour avant le repas sur un comprimé neutre, pendant 5 jours sur 7.

  • 60 gouttes d’huile essentielle de Myrrhe
  • 60 gouttes d’huile essentielle de Marjolaine à Coquilles
  • 60  gouttes d’huile essentielle de Cumin

Bronchite

Masser le thorax, le haut du dos et la gorge avec une goutte d’huile essentielle de Myrrhe mélangée à 4 gouttes d’huile végétale, 2 fois par jour pendant une semaine.

Douleurs articulaires (arthrose, arthrite)

Masser les articulations douloureuses avec 2 gouttes d’huile essentielle de Myrrhe mélangée à 8 gouttes d’huile végétale.

Plaie

Appliquer sur la plaie, une goutte d’huile essentielle de Myrrhe mélangée à 4 gouttes d’huile végétale, 3 fois par jour jusqu’à cicatrisation complète.

Obsession sexuelle

Appliquer sur la face interne de chaque poignet, une goutte d’huile essentielle de Myrrhe mélangée à 4 gouttes d’huile végétale, 2 fois par jour pendant une semaine.

En synergie : prendre 4 à 5 gouttes de la synergie une fois par jour avec une cuillérée à café de miel ou d’huile végétale. Au besoin, ajouter 4 gouttes de la synergie sur la face interne de chaque poignet.

  • 30 gouttes d’huile essentielle de Myrrhe
  • 30 gouttes d’huile essentielle d’Encens
  • 15 gouttes d’huile essentielle de Néroli
  • 7,5 ml d’huile végétale de Noyaux d’abricot

Rhinopharyngite, mal de gorge

Masser la colonne vertébrale, la plante des pieds et la gorge avec une goutte d’huile essentielle de Myrrhe et 4 gouttes d’huile végétale ;

Aphte, gingivite

Par voie orale sur prescription médicale : mélanger 10 gouttes d’huile essentielle de Myrrhe avec 30 ml d’eau et utiliser en gargarisme.

Enurésie

Utiliser en inhalation ou en diffusion.

Dysenterie

Masser l’abdomen avec 2 gouttes d’huile essentielle de Myrrhe et 8 gouttes d’huile végétale, 2 fois par jour pendant une semaine.

Associer un traitement médicamenteux.

 

Associations de l’huile essentielle de Myrrhe

L’huile essentielle de Myrrhe peut agir en synergie avec les huiles essentielles des plantes suivantes : la lavande aspic, le ciste ladanifère, la lavande de Tasmanie, la camomille matricaire, le tea tree, la marjolaine à coquilles, le cumin, l’encens, le néroli, le cyprès, l’hélichryse italienne, le bois de rose, le lentisque pistachier, le laurier noble, la tanaisie annuelle, la mandarine, le cajeput, le géranium rosat, etc.

 

Qui peut utiliser l’huile essentielle de Myrrhe ?

L’huile essentielle de Myrrhe devrait être utilisée avec précaution. Elle est destinée aussi bien aux adolescents qu’aux adultes.

Contre-indications de l’huile essentielle de Myrrhe

L’huile essentielle de Myrrhe est contre-indiquée pour les individus suivants :

  • Les personnes soufrant d’une hypothyroïdie ;
  • Les femmes enceintes et allaitantes ;
  • Les enfants de moins de 6 ans ;
  • Les personnes allergiques à l’un de ses composants : pour vérifier mettre 2 gouttes dans le creux du coude, laisser agir plus de 24h et veiller à ce qu’il n’y ait pas de réaction.

Les personnes asthmatiques ou épileptiques doivent demander l’avis d’un professionnel de santé avant d’utiliser régulièrement de l’huile essentielle à base de Myrrhe.

 

Effets indésirables de l’huile essentielle de Myrrhe

L’huile essentielle de Myrrhe n’est pas irritante pour la peau, et les voies respiratoires. Elle est non photosensibilisante et non dermocaustique à l’état pur. Toutefois, elle contient un composant chimique allergène qui est le limonène.

Durée et précaution de conservation de l’huile essentielle de Myrrhe

  • Conserver à l’abri de la lumière et de la chaleur
  • Bien refermer le flacon après usage et le garder hors de portée des enfants
  • Pouvant se conserver pendant plusieurs années, mais il est préférable de l’acheter avec une indication de la date de péremption.

 

SOURCES

  1. De la Charie T. (2019). Se soigner par les huiles essentielles. Pourquoi et comment ça marche ? Editions du Rocher.
  2. Baudoux D. (2017). Aromathérapie. Dunod.
  3. Couic Marinier F & Touboul A. (2017). Le guide terre vivante des huiles essentielles. Terre Vivante Editions.
  4. Reem Izzeldien, Sondos Abdulaziz, Ayat Ahmed, Zwaher Abu Elbashar, Omer Ibrahim, Mounkaila Noma. Impact of Commiphora myrrha on bacteria (Streptococcus mutans and Lactobacillus species) related to dental caries. BioRxiv, 2020.
  5. Khalaf Alsharif. Potential anti-inflammatory properties effect of myrrh. On nanibioletters.com
  6. Su S, Hua Y, Wang Y, Gu W, Zhou W, Duan J et al. (2012). Evaluation of the anti-inflammatory and analgesic properties of individual and combined extracts from Commiphora myrrha and Boswellia carterii. Journal of Ethnopharmacology. 139(2): 649 – 56.
  7. Marongiu B, Piras A, Porcedda S & Scorciapino A. (2005). Chemical composition of the essential oil and supercritical  CO2  extract of Commiphora myrrha (Nees) Engl. And of Acorus calamus L. Journal of Agricultural and Food Chemistry, 53(20): 7939 – 43.
  8. De Rapper S, Van Vuuren S, Kamatou G, Viljoen A & Dagne E. (2012). The addictive and synergetic antimicrobial effects of select frankincense and myrrh oils – a combination from the pharaonic pharmacopoeia. Letters in Applied Microbiology. 54(4): 352 – 8.
  9. Germano A, Occhipinti A, Barbero F, Maffei ME. A pilot study on bioactive constituents and analgesic effects of Myrliq, a Commiphora myrrha extract with a high furanodiene content. BioMed Research International. (2017). 1 – 11.
  10. https://fr.wikipedia.org/wiki/Arbre_%C3%A0_myrrhe
  11. https://www.compagnie-des-sens.fr/huile-essentielle-myrrhe/
  12. https://www.passeportsante.net/fr/Solutions/HuilesEssentielles/Fiche.aspx?doc=huile-essentielle-myrrhe
  13. https://www.doctissimo.fr/sante/aromatherapie/guide-huiles-essentielles/huile-essentielle-de-myrrhe
    Cart