De nos jours, le coronavirus sévit dans le monde entier, mais il n’y a pas beaucoup de personnes qui connaissent l’effet destructif du cuivre sur les virus. En effet, le cuivre peut vraiment détruire les microbes et les virus, et par conséquent, le Sars-Cov2.

Covid_19

Les microbes meurent sur une surface de composition cuivreuse. Même les microbes les plus virulents ne peuvent résister plus de deux heures en contact avec ce métal.

Voilà pourquoi certains matériaux utilisés dans les hôpitaux sont fabriqués dans cette matière, tels que les poignées de porte ou autres, pour éviter que les patients ne contractent des maladies pendant leur séjour à l’hôpital ou dans un centre de soins. Le cuivre sous forme d’oligo éléments est nécessaire pour la santé du corps, notamment sur son fonctionnement immunitaire. C’est un puissant antioxydant, selon le docteur nutritionniste Catherine Lacrosnière.

 

Principaux atouts du cuivre pour l’organisme

Le sang humain possède déjà une certaine quantité de cuivre, mais cela peut être augmenté pour garder le bon fonctionnement du corps. Cet oligoélément peut être puisé dans la nourriture.

Le cuivre effectue l’association du fer et des protéines dans la création des globules rouges. Il est aussi utile dans la défense des cartilages, des tissus cognitifs et des os. De ce fait, il travaille beaucoup dans le renforcement de l’immunité de l’organisme.

globule rouge

Test en laboratoire sur l’action du cuivre contre le Sars-Cov2

Des coronavirus Sars-Cov2 ont été déposés sur un groupe de cellules imbibées de gluconate de cuivre et ont été laissés in vitro pendant 48h. Les études ont été effectuées dans le CHU de Saint-Etienne. Ce laps de temps passé, les médecins ont pu observer les réactions des cellules contre le coronavirus. En effet, la partie contenant le gluconate de cuivre de 25µM a été éliminée à 70%, comparée à la partie non cuivrée. Il faut remarquer que la quantité de cuivre dans le sang est de 25µM maximum et 10µM minimum.

Cette impressionnante découverte pourra configurer dans les modes de lutte contre le coronavirus et aidera à baisser le nombre des cas dans le monde entier, ainsi que la gravité de la maladie. Le pharmacien Jean-Noël Perin des Laboratoires des Granions affirme que cette étude n’est pas encore assez diffusée dans le monde médical. Cependant, le cuivre a bel et bien une action destructive sur le coronavirus. Cela constitue quand même des résultats cliniques à creuser dans la lutte contre la pandémie. Mais les expérimentations continuent sur des épithéliums reconstruits pour voir les éventuelles actions sur des cellules humaines.

 

Dangers d’une dose inadéquate de cuivre dans l’organisme

Dangers d’un surcroît de cuivre

Malgré l’effet du superoxyde dismutase attribuant à cet oligoélément son caractère antioxydant, les excédents de cuivre provoquent le cancer du sein, aggrave l’oxydation et de ce fait, altère l’ADN et les lipides.

Une affection de l’organisme par le cuivre, appelée maladie de Wilson, se manifeste dans l’entassement du cuivre dans le corps à cause d’une malformation génétique, l’empêchant de le drainer normalement dans les urines. Un traitement spécial aux chélateurs de cuivre peut aider l’organisme dans cette opération.

Un organisme contenant une trop grande quantité de cuivre est sujet à l’ictère (jaunisse), reliée à une maladie du foie, l’hépatite. Cet excès est la plupart du temps causé par l’utilisation d’ustensiles de cuisine en cuivre (cas de la cirrhose indienne), ou encore par l’eau en distribution publique (notons que pour l’eau de robinet, la quantité de cuivre n‘excède par 2m/l pour la France). L’absorption exagérée d’oligo-éléments peut aussi être une source d’excès en cuivre.

Estensile en cuivre

L’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments a arrêté la quantité quotidienne de cuivre pour l’adulte à 5mg.

Dangers d’une insuffisance en cuivre

En général, tout le monde possède une bonne quantité en cuivre. Cependant, une personne sujette à des diarrhées chroniques pourrait présenter des carences. Le manque de cuivre empêche la régénérescence des globules rouges et de ce fait, peut occasionner des maladies cardio-vasculaires. Ce manque de leucocytes perturbe par conséquent le bon fonctionnement du système immunitaire. Il existe aussi ce qu’on appelle la « maladie de Menkès », un dysfonctionnement génétique. Cette maladie occasionne chez les adultes de l’ostéoporose prématurée et une anémie. En cas d’obésité et de traitements chirurgicaux, dans un cas de manque de vitamines B12 et B6, ainsi que de cuivre, une déficience neurologique pourrait apparaître.

Pour l’enfant, cette maladie se manifeste dans l’apparition dans un premier temps d’anormalité capillaire, d’un manque de brillance des cheveux et des parties de la tête non garnies. Ensuite, surviennent des troubles digestifs, un retard staturo-pondéral, des épuisements et des contractions musculaires.

Mis à part cette maladie, le nourrisson né prématuré peut présenter un déficit en cuivre car la formation importante de cet oligoélément dans l’organisme s’effectue généralement trois mois avant la naissance.

 

Top 20 des ressources alimentaires cuivrées

Alimentation Nourriture riche en cuivre

Mis à part les apports naturels, le cuivre peut être aussi obtenu avec des compléments alimentaires. Leur prise doit se faire en dehors d’un traitement en zinc, oligoélément empêchant le cuivre d’intégrer normalement les parois intestinales. Les nutritionnistes conseillent une cure préventive de deux mois maximum. Pour un traitement curatif, la prise se fait une semaine après que les manifestations se présentent. Ces compléments se prennent 15mn avant le repas.

Les quantités en cuivre mentionnées ci-dessous sont l’équivalent pour 100g de poids de l’aliment.

Aliments Quantité de cuivre/100g
La chair de crabe 0,44mg
La noix de coco 0,44mg
Les bigorneaux 0,35mg
Les haricots rouges 0,27mg
L’avocat 0,25mg
Le foie de veau 20,1mg
Les moules 0,11mg
Le chou frisé 0,16mg
Le muesli 0,39mg
Les noix de cajou 0,44mg
Le chocolat noir 1,4mg

(pour le type à 70% de cacao)

Les champignons blancs 0,29mg
Le poulpe 0,74mg
La châtaigne 0,51mg
Les huîtres 1,29mg
Les lentilles 0,3mg
Les amandes 1,1mg
Le pain complet 0,17mg
Les crevettes 0,39mg
Les poix chiches 0,24mg

 

Corrélation entre les oligoéléments

L’introduction d’alcool dans l’organisme trouble l’assimilation du cuivre par les cellules humaines. Elle diminue aussi dans un cas d’absorption quantitative de fer, de zinc et de vitamine C.